« Attends, voir… » ou quand finalement les prédictions ne se réalisent pas

Depuis que je suis tombée enceinte, beaucoup, beaucoup de gens me préviennent de 1001 choses, négatives et positives.

Les pessimistes commencent en général toujours par : « Oh, tu penses que X affaire est difficile, attends voir quand… »

Les optimistes commencent en général par : « Oh, ne t’en fais pas, ça va vraiment mieux à partir de X âge »

Avec le temps, je réalise qu’en général, tout ce beau monde a tort sur une grande partie des points.

Depuis la naissance de mon garçon, tout ne va qu’en s’améliorant. TOUT. Mais parfois, certaines choses ne s’améliorent pas aussi vite qu’on me l’avait promis (notamment, son sommeil, la régularité de ses siestes, la diminution de ses boires, etc. etc.).

Par exemple :

  • Il se réveille encore de 3 à 8 fois par nuit
  • Il boit encore aux 2 h 30 (et ça ne fait que trois mois qu’il a arrêté de boire aux 1 h 30)
  • Il se réveille encore à des heures assez aléatoires, ce qui rend très difficile de créer une routine fixe

Mais, à l’inverse :IMG_20180828_160358606

  • C’est BEAUCOUP plus facile depuis qu’il marche à quatre pattes (oui, il faut le surveiller plus, mais il est tellement plus heureux depuis qu’il est libre)
  • C’est pas mal plus le fun d’aller au restaurant (même s’il ne dort pas tout le long)
  • C’est plus facile le traîner partout avec nous
  • Même s’il se développe déjà un petit caractère, il est beaucoup plus agréable à côtoyer

Je découvre donc tranquillement que peu importe de ce qu’on me prévient, mon fils n’en fait qu’à sa tête… et aussi, je gère les choses bien différemment de la moyenne des mères :

Maintenant qu’il est « plus d’action », j’aime ça, parce que je n’ai qu’à aller faire des activités avec lui et il est heureux (J’ADORE SORTIR!).

À l’opposé, il ne fait pas DU TOUT ses nuits, mais je me sens toujours bien reposée et je n’ai jamais l’impression que j’ai besoin de café pour survivre. Je m’habitue bien à me réveiller de nombreuses fois dans la nuit et ça ne me rend honnêtement pas trop malheureuse.

Et finalement, je me sens un peu comme on décrit TOUJOURS (à tort) les pères : j’ai l’impression de me sentir de plus en plus utile et compétente plus mon enfant vieillit et depuis qu’il n’est plus un nourrisson. Même si je l’allaitais à temps plein, que j’étais à la maison toute la journée avec lui, que je ne laissais jamais pleurer la nuit. Même avec tout ça, j’ai l’impression d’être plus maternante depuis qu’il a passé ses six mois. Avant, j’avais juste l’impression de le faire survivre et de passer au travers de mes journées. Maintenant, je prends un réel plaisir à le voir grandir, à jouer avec lui, à le voir s’épanouir.

Je suis honnêtement tellement heureuse de le voir évoluer et j’adore les nouvelles difficultés qui viennent avec ça. C’est comme un nouveau défi chaque jour, ça me garde en forme.

Et petit rappel : j’ai le meilleur bébé du monde ❤

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s